Repérage, lutte et formation contre l’Ambroisie à feuilles d’armoise (Ambrosia artemisiifolia) en Aquitaine.

Repérage, lutte et formation contre l’Ambroisie à feuilles d’armoise (Ambrosia artemisiifolia) en Aquitaine.

Repérage, lutte et formation contre l’Ambroisie à feuilles d’armoise (Ambrosia artemisiifolia) en Aquitaine.

ambroisie

La FREDON Aquitaine a été désignée par l’ARS Aquitaine comme opérateur dans le cadre du repérage, de la lutte et de la formation contre l’Ambroisie à feuilles d’armoise (Ambrosia artemisiifolia) en Aquitaine.

L’ambroisie à feuille d’armoise est une plante opportuniste envahissante dont le pollen est hautement allergisant pour l’homme. Importée d’Amérique du Nord, elle est apparue en France en 1863, vraisemblablement introduite par un lot de semences fourragères.
Le pollen de l’ambroisie provoque chez de nombreuses personnes des réactions allergiques : 6 à 12% de la population exposée est sensible à l’ambroisie. Il suffit de quelques grains de pollen par mètre cube d’air pour que des symptômes apparaissent : rhinite associant écoulement nasal, conjonctivite, symptômes respiratoires tels que trachéite, toux, et parfois urticaire ou eczéma. Dans 50% des cas, l’allergie à l’ambroisie peut entraîner l’apparition de l’asthme ou provoquer son aggravation. Alors que les classiques rhumes des foins apparaissent en mai-juin, les allergies provoquées par le pollen d’ambroisie sont beaucoup plus tardives : elles commencent en général vers la mi-août et peuvent se prolonger jusqu’en octobre, avec un maximum d’intensité en septembre. A cette période, l’ambroisie est la principale cause d’allergies. Le diagnostic est donc assez facile à poser dans les régions où la plante est présente, ainsi que dans les zones où le vent est capable d’apporter du pollen.

L’ambroisie à feuilles d’armoise, l’ambroisie à épis lisse et l’ambroisie trifide sont officiellement classées comme des espèces nuisibles pour la santé. Ce classement résulte d’un décret accompagné d’un arrêté interministériel, ci-joints, parus vendredi 28 avril au Journal officiel. La lutte contre l’ambroisie nécessite un repérage précoce et le plus exhaustif possible pour mettre en œuvre des actions qui visent un contrôle maximal de la plante. Ces actions sont d’autant plus efficaces lorsque les zones sont peu envahies, comme en Aquitaine.Vous trouverez également ci-jointe la fiche de signalement.

Elle se développe et se multiplie très facilement sur différents types de terrains et préférentiellement dans :
–    les sols nus et remaniés : chantiers; terrains vagues, voies de communication (talus de routes, d’autoroutes et de voies ferrées, bords des rivières),
–    les jachères, les cultures de tournesols, de maïs et de soja,
–    les zones d’entrepôts de graines et fourrages,
–    les jardins des particuliers.

De nombreux acteurs doivent être sensibilisés à cette nouvelle problématique : collectivités, entreprises, agriculteurs, particuliers… Aussi, veuillez trouver, ci-après, un article sur l’Ambroisie à feuilles d’armoise. Il est recommandé de le publier le plus tôt possible afin que des mesures de lutte puissent être mises en place. Attention, l’Ambroisie est en avance cette année.

Nous vous remercions par avance pour votre implication dans la lutte contre l’Ambroisie sur notre territoire.

 

Article Ambroisie